MENU
DTDétail
Copyright Denis Tempé - Tous droits réservés - Les photos ne sont pas libres de droit et d'usage (sur toutes les pages du site).
Important:  La couleur des fleurs est quelque peu pH-dépendante. L'évolution de la couleur des fleurs est elle-même indicatrice d'une modification de pH à leur niveau. On peut parler de réactif coloré en quelque sorte!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Bocking 14 Consoude de Russie hybride (S. X uplandicum )
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Cette sélection de réputation productive a été opérée, il y a 50 ans, par Hills à la HDRA, actuellement établie à Coventry sous le nom d'Organic Gardening' (jardin d'essai et d'exposition pédagogique).
C'est la plus connue et réclamée des consoudes de Russie, adaptée comme plante-engrais en raison de sa richesse en potassium.
Théoriquement pas de graines. En pratique, toutefois, la littérature mentionne,pour des raisons climatiques, l'apparition de graines pas forcément fertiles.
En effet, Hills a un peu trop hâtivement généralisé son expérioence personnelle dans un climat relativement frais et humide. Les mêmes plants plantés en France donnent quelques graines. Pour autant, je n'ai pas pu établir la fertilité de cellles-ci. Toute contribution est bienvenue.
(hauteur= environ1 mètre, distance de plantation : 60*60 cm et plus en grande culture mécanisée, bien entretenue et fumée, jusqu'à 90 cm en tous sens).
On pourra noter que selon les conditions locales (sol, climat, saison), l'apparence peut légèrement varier notamment dans l'intensité de la couleur des fleurs. La couleur des fleurs est surtout influencée par l'âge de la fleur et son pH. Cela explique aussi que lors des périodes de grandes pluies comme début 2016, la couleur a pu être modifiée à cause de la solubilisation du calcaire actif...

Je cultive actuellement 4 souches vendues sous le vocable de Bocking 14!
Une cinquième n'est assurément pas de la B14! Couleur bleue cobalt des fleurs, roses au début, vous la retrouverez dans une description ci-dessous (hérissée). La confusion faite par ce pépiniériste français n'est pas rare. Quand on se contente d'une approche livresque, car il est vrai que Hills avait mentionné cette S. peregrinum bleue (consoude du pélerin), l'ancien nom latin donné aux hybrides de Russie maintenant dénommés X uplandicum. Et cette variété hybride est effectivement proche des parents hérissés, à savoir à fleur rose prenant cette magnifique couleur bleu profond. Cette variété sera dénommée sous le vocable MORVAN, du pépiniériste qui entre temps s'est probablement aperçu de sa bévue, puisqu'il a arrêté la commercialisation.
Cette variété est bien sûr disponible. (016-XA)
 
Mes autres souches sont aussi des hybrides mais aux caractères plus proches de la S.officinale probablement maternelle:
>>> La dernière acquise cette année vient de Balkan Ecology Project (Bulgarie). Son directeur anglais, Paul Alfrey, m'indique que sa souche vient de Suffolk's, devenue Kings Seeds entre temps. (005-XO). Ma pépinière est issue de boutures de racines de ce printemps 2016, mais n'est pas encore montée en fleurs. J'ai eu un sérieux doute sur son authenticité, mais attendons. les photos fournies me font penser à une variation de la B14 que je connais mieux, mais que je vois parfois sur photo. Variation en raison du port et de la couleur plus terne, mais comme la chaleur des couleurs des photos dépend de l'éclairage... 
>>> Une souche, ma première (B14 HDRA 003-XO), acquise auprès de la boutique de la HDRA à Coventry, fraîchement déménagée de Bocking. Il s'agit de la seule souche alors disponible après son déménagement, m'a-t-on assuré. A savoir donc, la Bocking 14. Pendant longtemps, je n'ai pas vu de graines, sans doute que je coupais régulièrement et que la question ne se posait pas. C'est quasi 20 ans après que je me rends compte qu'il y a quelques graines. J'ai d'abord mis ça sur une erreur de prélèvement dans le jardin d'origine. Il faut dire qu'après plusieurs années d'absence, le jardin étant laissé livré à lui-même, je pouvais avoir quelques échappées officinales. Mais une culture, dans un champ où elle était retournée au rang de mauvaise herbe, m'a confirmé que c'était bien cette variété, superbe au demeurant car gavée d'engrais chimiques. Voilà, je me suis dit que ce serait une officinale, ou même une B12, avec des arguments tirés du livre de Hills lui-même, mais hypothèse que j'ai abandonnée. Il a en effet sélectionné des populations et non des clones, donc avec une certaine variabilité génétique. Mais, surtout, il cite trois autres variétés B5, B7 et B12, avec des différences minimes, au point qu'il écrit qu'on peut les confondre avec B14. Le même phénomène avec B4, où il dit de même pour B6.
Entre temps, j'apprends la raison de la mise en graines des hybrides et je revise ma position. Cela aurait été dommage d'écarter cette variété productive qui a largement fait ses preuves. Sa capacité antiseptique et de boosteur de croissance est remarquable. Cette souche a fait l'objet de tests reportés dans une émission télé, mais la qualité de la bande magnétique ne me permet plus de publier cette émission.
>>> La souche B14 OG venant de Organic Gardening , au port plus trapu et large que B14 HDRA. (003-XO)
>>> Une souche acquise auprès d'un pépiniériste français, il y a trente ans environ, pépinière de Cotelle, si mes souvenir est exact... A l'époque je n'avais encore qu'une seule variété, que j'ai baptisée Detty. Aujourd'hui j'ai l'oeil un peu plus exercé, mais à l'époque, la valeur supérieure de cette variété, plus sensible aux altises que ma Detty, ne m'avait pas semblée évidente. Au point que je l'ai oubliée, et gardé juste un exemplaire dans un endroit parfaitement repérable. Mais en déménageant dans mes nouvelles pénates, la terre de remblais de mon jardin ne réussissait pas à Detty, qui s'est progressivement dégradée, petit développement et oidïum me l'on fait, à tort, abandonner. J'avais pourtant une variété mieux adaptée à mon terrain, mais je l'avais déjà oubliée... car B14 HDRA est arrivée assez rapidement à ce moment. Il apparait que cette variété est assez proche de la B14 HDRA. Je la nomme B14 COTELLE (002-XO)

001-XO Detty                    X uplandicum        - type officinale
002-XO B14 COTELLE         X uplandicum        - type officinale
003-XO? B14 HDRA              X uplandicum ?      - type officinale
004-XO B14 OG                 X uplandicum        - type officinale
005-XO B14 BEP-Suffolk     X uplandicum        - type officinale
106-XA MORVAN                X uplandicum ?      - type hérissée

Concernant la mise en graines des S. x uplandicum, autrement dit des consoudes de Russie hybrides, elle n'a rien à voir avec les officinales, qui sont incomparablement plus invasives, plus ou moins selon les variétés.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Bocking 14 HDRA Consoude de Russie hybride (S.X uplandicum) (003-XO)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Cette variété provenant de la HDRA près de Coventry a remplacé ma 1ère variété Detty.
Toutefois avec la présence des quelques graines, cette variété me donne du fil à retordre. Excellente variété productive, elle a des caractères de l'officinale. Je me suis demandé si ce n'est pas l'officinale parente de la B14! J'ai en effet quelques pieds non souhaités qui pourraient être nés de graines de B14 ou d'autres. On a vite fait de faire un bouturage inopiné dans la mesure où je déplante un nombre considérable de plants, et qu'un petit bout peut prendre racine là où on ne désire pas. Je ne sais toutjours pas s'il s'agit d'une variance ou d'une officinale! Cela aurait dû être une B14! Un temps, je l'avais même qualifiée de 'B12', sans doute improprement! Chaque année, je me dis vouloir suivre de près les rejetons des B14, mais ce ne sera pas pour cette année. Les graines que j'avais mises sur le rebord de la fenêtre ont fait les délices d'une des nombreuses espèces d'oiseaux qui habitent dans mes grands arbres. Normalement, je ne laisse pas fleurir, ni faire des graines... 

Fleur HDRA détail  La fleur de B14 HDRA a une couleur violette nettement plus intense que la B14 GO, plutôt rose.
Toutefois en exposition ombrée ou par terrain calcaire en temps très pluvieux, la couleur peut blémir nettement, la couleur étant dépendante de la teneur en calcaire soluble (ou libre). Ce n'est pas pour autant de la chlorose, même si le facteur à la base est le même.   

HDRA  Plantée aux environs de 2000. Ici en 2013: 4 semaines à peine après la coupe du 12 juillet _ photo du 7 août 2013 (2013: chaleur et humidité). Au fond à droite, les B14 GO en première année. 

HDRA 18 août    le 18 août 2013

HDRA   Le même plant, en septembre: presque 2 mois après la coupe du 12 juillet  _  photo du 4 septembre 2013  (toujours pas de montée en fleurs). Il  a produit  8 kg de feuilles le 5 septembre. Avec une coupe intermédiaire au bout de 4 semaines, il est certain que la productivité totale aurait été supérieure. 1.40m de diamètre et hauteur de 50 cm environ. (Les hauteurs, par ailleurs, sont indiquées avec les hampes florales, ici absentes.) 

HDRA  idem, le même pied coupé le 5 septembre 2013.

   le même pied, amputé d'une partie de ses racines, le 25 septembre 2013, soit 19 jours après.

HDRA  le 9 octobre 2013; planté 12 ans plus tôt dans un champ (boutures sans oeil), loué ensuite et mis en verger 'conventionnel' enherbé où elle a été rasée conscieusement. Après désouchement (les quetschiers qui commençaient à peine à produire ont dû être arrachés selon moi à cause d'une maladie, le sharka, c'est formidable la culture en chimie!) et labour profond, fin d'hiver 2012, les plants bouleversés ont repris, bouturage de racines sans doute nombreux, car très peu de plants avaient survécu. Voilà le résultat en automne. Pas d'arrosage, les pieds se sont surtout développés grâce à l'humidité automnale. Le feuillage est absolument sain, à part de rares morceaux consommés par un animal gourmand indéterminé. Ils ont largement dominé et étouffé les adventices pourtant extraordinairement bien développés et qui avaient probablement de l'avance (le temps pour les racines de remonter à la surface). L'opulence aussi rapide est due à une profusion d'engrais chimiques! Le labour a provoqué une multiplication anarchique des plants.

  idem

  idem

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ B14 Organic Garden Consoude de Russie hybride (S. X uplandicum) (004-XO)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

B14 pépinière jeune   Été 2013: la toute nouvelle pépinière de B14 OG fraîchement importée d'Angleterre (Organic Gardening). Très inégale à cause des plants qui étaient des éclats de taille minimale et variée! et certains n'étaient qu'une section de la base de la hampe florale! Ces derniers ne sont pas venus, échec qui est quand même exceptionnel!!!

B14 1ère année    ... la même planche un peu plus tard

forme type de jeunes B14  forme typique de hampe florale b14  forme typique du bouquet basal et de la hampe florale de la B14 dans sa 1ère année (2016). On peut constater que l'apparence des feuilles est différente que sur la photo ci-dessus, pourtant ce sont des boutures des mêmes plants! Cette année tous les jeunes plants sont élancés et étroits, contrairement aux plants fraichement plantés à l'origine. C'est déroutant, mais plein de choses ont été déroutantes en 2016! La forme des bouquets de fleurs est significative d'une variété. Ici elle est ramassée, même défleurie, et ne se déroule pas à l'envi comme pour d'autres variétés.
De façon générale, je trouve que l'ensemble des plants a évolué en apparence entre il y a 20 ans, il y a 4 ans, quand le terrain a connu 8 années d'abandon au moins, et 2016, année poussante (fraîche et humide) au printemps puis arrosage régulier.

consoude prédatée    Les feuilles ont apparement fait les délices d'un prédateur que je n'ai pas déterminé. C'est la 1ère fois que j'observe de tels dégâts et cette souche m'a semblé particulièrement friande... Aucun pied n'a été délaissé et n'est sorti indemne! Ce ne sont pas des limaces. En 2016, les limaces furent pléthore et aucun dégât depuis!!! Dégât somme toute très limité et très ponctuel. L'histoire de mes consoudes est ainsi parsemé de petits incidents occasionnels jamais reproduits.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ B14 Balkan Ecology Project-Kings Seeds-Suffolk's Consoude de Russie hybride (S. X uplandicum) (005-XO)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

bouturage de racines en jardinière    Les boutures fraîchement arrivées de Bulgarie en jardinière, après un démarrage au chaud à l'intérieur. Elles n'ont pas tardé à sortir, réussite à 99 %.  1er mai 2016

B14 BEP en pot   Le plant le plus vigoureux a déjà été mis en pot. Juste par impatience, les autres ont été mises en terre directement quelques jours plus tard. J'ai d'abord été très déçu par la forme très étroite des feuilles, et donc je mer suis dit, ça, ça ne peut pas être des B14!!! Puis les feuilles s'élargissent, sont de ton assez foncé, mais différentes des autres variétés. Bien sûr c'est pour un oeil de connaisseur. Et comme vous l'aurez lu dans ces lignes, les consoudes ont un quelque peu un don de transformation... parfois perturbant. 
Début août, les plants ne sont pas encore assez développés pour pouvoir monter en fleurs, et donc la première coupe, pas obligatoire la première année, ne peut pas encore être envisagée.  1er mai 2016

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ B14 Cotelle Consoude de Russie hybride (S. X uplandicum) (002-XO)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

B14 Cotelle   B14 Cotelle 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Detty Consoude de Russie hybride (S. X uplandicum) (001-XO)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Cette variété vient d'Allemagne où la consoude était nettement plus populaire qu'en France, notamment pour nourrir les cochons.
Elle avait été distribuée par Mme Salch, maraîchère en bio-dynamie à Colmar. La bio-dynamie selon Rudolf Steiner est assez répandue dans les régions frontalières de l'Allemagne, la France et la Suisse (Dreieckland)
Je l'ai nommée Detty, c'est une dénomination personnelle, il faut bien un nom!!!
Cet hybride n'a jamais donné de graines en 20 ans d'observation. Pourtant j'en ai laissé monter, de cette variété! Or voilà qu'en 2013 j'observe des graines sur des plants que j'ai établi il y a très longtemps!!!! une intruse de plus venue des officinales? Ou une rare graine de cet hybride à avoir germé et donné des plants fertiles? Ou tout simplement effet du changement climatique? J'ai aperçu ce même changement dans un autre emplacement où j'avais établi de la Detty. Je distribue donc des plants provenant d'un endroit avec exclusivement des Detty. et qui ne me donnent pas de graines. 
Cette souche est précoce et bien que ses feuilles soient de taille plus modeste, le rendement est fort honorable en bon terrain humide et plus acide.
Peut-être plus riche en azote quand elle prend cette couleur plus foncée que les B14. Mais reste une tendance à l'oïdium en fin de saison en situation difficile, c'est à dire terrain sec, léger, peu profond, peu nutririf et probablement surtout calcaire! Auparavant, j'avais un terrain acide dans une vallée vosgienne, inondée quelques semaines au printemps, excellent rendement et pas l'ombre d'oïdium.
Ce champignon parasite apparaît en général en septembre, mais en 2013 il a été particulièrement précoce et virulent.  Puis s'est arrêté quelques semaines après! Pour moi ce n'est généralement pas un problème majeur, il suffit de couper. L'oïdium apparait en fait sur les feuilles âgées, le fait de couper régulièrement, comme il se doit, est donc un facteur limitant majeur. 
Personnellement, j'utilise indifféremment les feuilles contaminées. Les spores sont présentes partout, et ils se développent si les conditions sont réunies. Venant ou pas des consoudes.
J'ai lu que les plants oïdiés auraient fatalement le champignon chaque année! Et on conseillait des remèdes pour éviter son apparition: poignée de soufre dans le pied, classique, ou  mettre du charbon végétal (charbon de bois broyé) sur le pied coupé. Je n'ai pas essayé.
Après avoir coupé les feuilles atteintes, les jeunes suivantes sont indemnes... jusqu'à l'année suivante à la même époque.

Couper les hampes florales:
Cette varitété a un port plus dressé que la Bocking 14 HDRA par exemple! Cela signifie assurément que sa teneur en lignine (cellulose) est un peu plus forte.
Toutes les consoudes de Russie avoisinent le mètre de hauteur, lorsqu'elles sont en fleurs. Toutefois sur terrain pauvre, compact, aride, la hauteur est moindre! Et en général, on ne laisse pas ces pieds monter en graines: on procède à la coupe dès l'apparition des hampes florales, c'est à dire à la montée en graines. La cellulose n'est pas l'objectif poursuivi en général, sauf si on voulait ensiler. Cette façon de faire l'épuiserait inutilement. Dans un terrain sec, on observe forcément plus de lignine, la matière carbonée.  Par des coupes bien menées, on obtient ainsi un rendement maximal, et un plus haut degré d'azote.
Evidemment, quand on a pour objectif de faire écran aux plantes voisines pressées d'envahir vos plates-bandes, on peut laisser monter en fleurs, et heureusement alors, cette variété ne donne pas de graines!!! Ce qui ne manquerait pas d'arriver en abondance avec des officinales.
Il faut noter qu'en fin de floraison, surtout si la période a été douce et humide, que les hampes florales s'affaissent autour de la plupart des variétés de consoude, ce qui peut être disgrâcieux mais efficace pour étouffer les envahisseurs qui ne se sentent pas de limite. 

   Montée en fleurs; le terrain est pauvre et compact. Exposition sud, pourtant au sec au pied du mur de la grange, sur du remblais qui ne l'affecte pas! C'est de cette série que j'ai prélevé les plants indemnes d'oïdium. 

   Remarquer la belle régularité du feuillage élancé dans sa seconde année. Ici bon terrain de jardin.

Detty

Detty: ici elle est dans un terrain peu éloigné du précédent, terre lourde plutôt compacte et non arrosée en fin de printemps.

Comparaison Detty / B14 HDRA en seconde année de culture. Les plants sont de calibre comparable. On remarque la différence de port des feuilles. Ainsi qu'une différence de couleur. Le vert plus soutenu de Detty augure a priori d'une plus forte teneur en azote.

Russie;Bocking 14 HDRA au premier plan et Detty au second plan (1ère pousse au printemps, même âge, en seconde année)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Bocking 4 B-Actif Coe's Consoude de Russie hybride (S. X uplandicum) (010-XO)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Sélectionnée par Hills, cette variété a été propagée à grande échelle jusqu'en Afrique (Kenya, Mozambiqe, etc... puis USA) où elle donnait des récoltes incessantes en zone tropicale.
Réputée être la plus productive, B4 avait disparu de la circulation, devenue introuvable en Europe jusqu'à peu années.
Les feuilles sont plus courtes, trapues, et sa contenance en potasse est réduite, ce qui l'indique comme fourrage vert ou sec pour les animaux, afin de bénéficier de sa haute teneur en protéines, battant la luzerne.


   B4 B-Actif-Coe's 010-XO
Voilà les jeunes plants repris dans un pot. Ils proviennent de B-Actif qui dit les avoir de Coe's aux USA. Toutefois, la hauteur et le rendement obtenus ne sont pas conformes à la description de Coe's ou que Hillls !!! Normalement la taille et le rendement devraient être supérieurs à ceux de la B14. Or c'est probablement de l'ordre de la moitié.

De ce fait, je me suis procuré une seconde souche chez Ruhlemann en Allemagne en 2016. Cette souche, que Ruhlemann dit venir de Richter's, Canada, présente pour l'instant les mêmes caractères que l'autre souche. Avec toutefois une légère différence dans la couleur des fleurs. Ce qui m'a fait penser en premier lieu que cela pourrait être la spuche décrite sous le nom de B6! qui présente pour seule différence la couleur de la fleur, plutôt rose, comme la B14 OG. Au lieu du violet comme la B14 HDRA. 
Toutefois, depuis que je viens d'apprendre que la couleur est fonction du pH, je suspecte maintenant le substrat de culture de Ruhlemann qui m'a livré ses plants dans une motte de tourbe!!! Il faudra attendre que l'effet de cette soit devenu négligeable pour l'enracinement de ces plants!

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Bocking 4 Ruhlemann-Richter's Consoude de Russie hybride (S. X uplandicum) (011-XO)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

B4 Ruhlemann 
B14 R fleurs   Cette variété semble plus vigoureuse que la B14 de B-Actif! Ici dans ses premiers mois.


B4 B -Actif Coe's                 010-XO
B4 Ruhlemann-Richter's     011 XO

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Hérissée (S. asperum) ( 100-XA )
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
hérissée    fertile

herissee avant floraison    l'aspect est épais et duveteux avec un gros bouton. Les feuilles sont plus douces autoucher que les officinales et les hybrides "de Russie".

Variété aux racines très fortes, se déchausse facilement et les bourgeons se retrouvent quelques cm au-dessus du sol.
La reproduction par bouture de racine ne semble pas lui convenir.
Hauteur d'environ 1 m. A carrément donné des buissons en 2016.
Avec une particularité unique jamais observée en plus de 40 ans et jamais vue signalée dans aucun livre ou site.
Après la première floraison, une partie des cymes reste bien verte, puis les calices changent de couleur, un vert très blachâtre parfois cramoisi, et changent de forme. Dans ce calice nais alors comme une jeune bouture ténue, un micro plant qui en sort comme un accouchement, et ces mini plants sans racines donnent même des micro-fleurs, très ténues et éphémères. Je suis toujours en observation de leur évolution. Malheureusement je n'ai aps pu capturer en photo cette floraison, je n'ai vu que deux ou trois fleurs, et j'attends toutjours la reproduction du phénomène. J'ai un peu trop manipulé les fleurs dans la soirée pluvieuse et les corolles sont tombées avec une facilité inattendue, laissant un tout petit pistil qui n'a guère survécu longtemps. Si quelqu'un peut me donner plus d'informations, je suis preneur!
Voici une petite visite en images:

2de floraison    D'abord l'ancien calice se développe, puis une nouvelle corolle, fort différente de forme et de couleur apparait!

2de floraison   Bizarrement, et à l'inverse de la floraison normale, ce sont les fleurs en bout de cyme qui se développent en premier!

2de floraison, détail   ... puis émerge une nouvelle plante miniature de quelques cm (une dizaine) qui sera apte à effectuer une mini-floraison éphémère. J'ai observé deux ou trois de ces floraisons très délicates, mais pas de photo. En dégageant les fleurs, elles sont tombées. Laissant juste un minuscule pistil.  Même les calices se mutent en petites feuilles et les corolles vertes semblent vouloir participer de l'élan...

2de floraison détail

2de floraison    A droite, à mi hauteur, le stade auquel le mini-plant est déjà apte à fleurir.
Il est à noter qu'une partie seulement des inflorescences ont évolué dans cette direction.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Autres hérissées (S. asperum)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Jusqu'à présent, les variétés suivantes n'ont pas développé cette faculté de faire une seconde floraison.

hérissée pastel et blanche    variété pastel (probablement perdue, pas fleuri en 2016 car prise dans les herbes sous un prunier)

hérissée pastel et blanche    variété pastel ici un peu plus claire avec un autre plant au fleurs quasi blanches

hérissée   Cette souche descend probablement de 100-XA ou 102-XA

hérissée bleu blanc

hérissée  

hérissée    hybride stérile 2013, je ne suis plus certain, mais ça doit être Etholy, sauf que mon souvenir la plaçait ailleurs dans le jardin...

hérissée  idem

hérissée   détail du même hybride stérile en 2013. Le port typique dense des cymes en têtes de grue hérissées s'éloigne de l'aspect habituel des pieds mère. Cette caractéristique n'est pourtant pas retrouvée avec Etholy. En 2013, le terrain était aride, ce facteur peut aussi jouer. 
L'aspect des feuilles, sur terrain aride et pauvre, est différent que sur terrain riche et arrosé.

inconnue Voilà l'aspect du plant précédent au printemps 2014. Rien à voir avec l'aspect qu'il peut avoir maintenant alors qu'il bénéficie d'arrosages (le plant a été déplacé!)

inconnue

hérissée    hybride stérile.  Ici, ce n'est pas la couleur qui change, mais la clochette est de forme plus évasée.

hérissée bleue et bicolore blanc   Au 1er plan, cette déclinaison avec des clochettes très claires (bicolore) est peut-être née de la variété derrière.



°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Morvan   S. asperum ou S. X uplandicum ( 106-XA )
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Proche de la variété précédente, mais n'a pas son comportement unique de double floraison. Feuilles de taille plutôt petite, pas très élevées comme la précédente, quelques graines. Belle floraison classique passant du rose bengale au bleu de cobalt.
Cette variété ne présente pas ce mystérieux et original comportement de la précédente.

Morvan versus Etholy   Au premier, la souche Morvan.  Aimablement fournie par un correspondant de 68-Saint-Louis qui l'avait achetée aux pépinières du Morvan et qui l'a utilisée avec succès spectaculaire pour soigner une entorse très douloureuse en 24 h (bouillie de racines dans une chaussette).
Au second plan, Etholy. A noter que les feuilles de Morvan sont ici relativement grandes, mais avec l'âge, la taille semble s'amoindrir. Plants de deux ans environ. Les feuilles restent plutôt couchées près du sol.

Morvan

Morvan 2013 blanchie juillet 2016, toute fin de la 1ère floraison. On voit la pâleur de la couleur, loin de la couleur soutenue du début. Des raisons diverses peuvent influer sur la couleur.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Etholy Consoude de Russie hybride S. X uplandicum (107-XA )
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Variété apparue en semis spontané durant mes 10 ans d'absence, au pied de 015-XA qui a donné une majorité de hérissées et une seule de type officinale. Parce que proche du pied, mais rien n'est jamais certain...  une plante ressemblant à MORVAN. Aves ses feuilles souvent énormes,  elle a l'avantage d'être totalement sans graine (sauf pour me contredire, en 2016, deux graines sur l'immense plant, et ce de façon paradoxale quand les plus prolifiques variétés n'ont quasi pas donné de graines durant le printemps frais et très humide) Variété prometteuse, séduisante par ses belles fleurs entre le bleu et le violet. son feuillage est davantage gaufré et le toucher est plus lisse. Là il s'agiot nettement d'un hybride, et la fertilité de sa graine reste encore une énigme. 
D'autres nouvelles variétés sont apparues dans la proximité, mais celle-ci a été totalement résistante à l'oïdium et s'avère être le meilleur bébé du lot! Les autres seront aussi étudiées.

 Etholy     Etholy en seconde année, une vigueur incomparable.
 
Etholy  Ses fleurs sont particulièrement magnifiques du fait de leur nuance rouge surajoutée au bleu.
 
La reproduction des hérissées ou hybrides proches des hérissées n'est pas aussi évidente que les Bocking 14 ou officinales. La manière la plus sûre est la division des racines. Le bouturage des racines est, pour l'instant, resté un échec.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

S. plus ou moins déterminées.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Bien que très ressemblante aux variétés officinales, cette souche est probablement née de la variété 100-XA.


pseudo hérissée   Les clochettes rappellent les consoudes officinales! Toutefois ce plant est nettement plus florifère que les officinales! et cette descendance est un peu sensible à l'oïdium!  hybride?

  (même plant) hybride ? La floraison est en général magnifique, et les tiges bien dressées, restent bien debout sans s'affaisser en fin de floraison. De taille un cran plus petite que le plant-mère.

   C'est la même!!!

hérissée  hybride ?

bleue+rouge   Ici (encore plus claire), la même, le bébé avec sa mère probable (bleue hérissée)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Type hérissée
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Proche des hérissées, taille 1.50 m en fleurs, habituellement très fertile, sauf en 2016 où elle a eu peu de graines à cause du printemps humide et frais.

azur   

azur   idem

100-XA     asperum hyb capable de double floraison
101-XA
102-XA     asperum hyb pastel
106-XA     Morvan asperum hyb
107-XA     Etholy asperum hyb
108-XA
109-XA
110-XA
111-XA


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ S. officinale var.patens (200-O) mauve, provient d'une station près du Kaiserstuhl (Allemagne).
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Se reconnait par ses fleurs plus globuleuses, là où les hybrides de type officinal ont des fleurs tubulaires. Voir les illustrations sur la page des généralités. 
Pour l'usage thérapeutique et alimentaire pour ceux qui ne redoutent pas les alcaloïdes. Aussi utilisable en purin mais moins riche en tout et donne des graines. (Les officinales donnent parfois des graines à profusion, notamment la variété vendue en graines par Truffaut, pas bête mais vraiment la moins intéressante à cultiver!).
Ne pas laisser grainer si vous ne voulez pas être infestés.
Toutefois, si vous binez tout autour en fin de saison, il est très facile de se débarrasser des jeunes plants éventuels. Ils sont difficiles à exterminer quand l'enracinement devient profond. 
Si vous coupez régulièrement le feuillage ou les fleurs avant la grenaison, le risque est évidemment nul.
(Certaines variétés de couleur blanche sont généralement très sensibles à la rouille et chétives (déconseillées)).
Productivité nettement moindre que les hybrides. En général, les poulations officinales sont de productivité variable. Cette variété à fleur violette est cependant la plus productive des officinales, supérieure au souches à fleurs blanches ou intermédiaires. Les feuilles sont généralement plus pâles, donc moins azotées.

officinale    officinale souche "Kaiserstuhl" (200-O)/big>

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ S. officinale souche 'Haba'   (201-O)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
officinale rose    Officinale, souche "Haba" (201-O)

officinale rose    officinale souche "Haba"

officinale rose   souche "Haba" (201-O)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ S. officinale Truffaut (la couleur de leur souche est variable, rouge plus ou moins prononcé) (200-O)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

officinale Truffaut   officinale souche "Truffaut", pas très volubile, donne de très nombreuses graines.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ S.azureum bleu azur
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Variété basse passant très viye du rouge-rose à une couleur très dense. Se reproduit fidèlement...

Les fleurs sont plutôt petites! L'ensemble du port est plutôt ramassé. 

azureum   2013

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Consoude du Caucase (S. caucasicum) Non disponible
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Plutôt frêle, particulièrement dans les conditions que je lui offre chez moi (exposée au nord). Bleue, floraison précoce, pour massifs ou bordures.  (400-C)

    Caucasicum  avec détail de la déflorescence caractéristique en échelle. Variété perdue et reperdue, avec uniquement la naissance d'un descendant par semis. L'endroit ne lui convient manifestement pas. Au pied d'un mur exposé nord. trop calcaire.

Caucase type 2   2013 Caucasicum : de semis naturel du précédent, couleur  très soutenue...une hybridation est probable! A moins qu'il s'agisse d'un retour à un parent si le pied mère était hybride. Variété perdue!

caucasicum     2016, la 3è rescapée de la série, un rien différente sans doute de semis du précédent; les caractères n'ont pas été fidèles. Ou, le climat a-t-il tant d'importance?  Se rapproche néanmoins de l'aspect originel.

caucasicum    Ici dans la région parisienne, cette variété quasi identique y est opulente à souhait et s'étend confortablement. Pourtant chez moi, à l'ombre et terrain pauvre et calcaire, elle ne fait pas la sauvage. (photo Serge Pecolatto). Avec des plants de cette origine, je n'arrive pas à avoir une pareille opulence!
     
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
¤ Consoude tubéreuse (S. tuberosum)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Fleurs blanc crème, variété aux chromosomes double. Donne des massifs rustiques en plaques qui s'étendent régulièrement avec lez rhizomes : l'été les feuilles fanent avec la sécheresse et les racines plutôt fanées attendent le retour de la pluie pour refaire un nouveau cycle. Si elles ne peuvent pas, car plantées au pied d'un mûrier énorme à l'ombrage imposant; elle attend l'année suivante. Le mûrier prend ses feuilles relativement tardivement, ce qui lui permet de faire un cycle végétatif.
J'ai ramené cette souche botanique du sud français, probablement du Vaucluse, où elle poussait en terrain aride.
Ni pour le purin, ni pour usage officinal..
Si vous arrosez en continu, la végétation se prolonge toute l'année. 
Utilisable pour meubler un sous-bois pas trop ombré par exemple (environ 50 cm de hauteur).

tubéreuse

   2013, avec le froid inhabituel ralentissant le développement des consoudes, les altises ont pu s'en donner à coeur joie durant une très longue période!

  racines en mai : l'extrémité du rhizome se prépare à la division

tubéreuse racines en juillet : les nouveaux rhizomes sont maintenant formés et l'ancienne extrémité se décompose. Ici, la multiplication s'est faite par 4.

Les tubéreuses, sous mon mûrier, n'ont plus de lumière après première floraison. L'ombre trop intense les fait péricliter, qu'à cela ne tienne, les racines attendent sagement le  printemps suivant. Heureusement le mûrier est un de ces arbres à débourrage tardif. Il faudra voir leur résistance à long terme...

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° ? (perdue)
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Plus basse et frêle, les fleurs sont allongées et de nuance plus saturée.

perdue   perdue! 2013. Le terrain qui n'avait pas été entretenu des années n'a pas permis un développement maximal. Le seul et unique plant sans doute né de semis n'a pas repris après la transplantation. Apparemment, des limaçons se sont régalés durant la mauvaise saison.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Comparaison de la taille des feuilles)

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

      B14 HDRA (à gauche) - B14 GO (à droite) n'est pas de forme typique, mais c'est ce qu'il y avait de dispo au moment de la photo.

     B14 OG (à gauche) - Etholy (à droite). Même remarque

    de gauche à droite : B14 HDRA- B14 GO - Morvan - Etholy

Etholy est parmi les plus grandes feuilles, mais là aussi, la première pousse 2016 a été de plutôt petite taille atypique et la seconde de très grandes feuilles.

Nota: j'ai choisi les feuilles les plus grandes disponibles au moment de la photo. C'est une bonne indication mais pas absolue.


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Livraison Calibre des plants:
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
paquet 500g   un lot privilégiant la quantité. (Ici: Detty)

  lot privilégiant la force (Detty et Bocking 14)

Attention, en fonction de la disponibilité (voir la description de l'offre), il peut s'agir de racines plus jeunes, de couleur claire. Sur les photos ci-dessu, il s'agit de prélèvements de couronne sur des plants plus âgés.


Contrairement aux boutures de racines mettant plusieurs semaines à émerger, les éclats sont très prompts à sortir de terre, et deviennent plus rapidement vigoureux d'autant plus que leur force originelle est grande (allant de pair avec le calibre). Certains pépiniéristes livrent des divisions nettement plus petites, avec un minimum de racine, mais avec 2-3 cm de base de hampe florale découpée en 2 ou 3. Les hampes florales sont nettement moins denses que la racine (moins de poids à expédier et coût de production moindre); mais ont moins de réserve: leur vitesse de reprise est de ce fait un peu plus lente.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Culture
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
La culture est relativement aisée. Il faut de l'eau, de l'eau, de l'eau. Sans excès même si elle supporte d'être inondée quelques semaines... au printemps en l'espèce, dans d'autres situations probablement aussi...
Surtout lors des semaines suivant plantation, veiller à ce que le sol soit humide. Eventuellement protéger des ardeurs du soleil en cas extrême.

On plante au moins à 0.60 cm entre les plants, toute direction, pour les variétés à fort développement. Au niveau profondeur, il aut mieux planter profond, 5 à 10 cm selon que les plants sont forts ou pas. Le risque de planter trop profond est moindre que de le voir se déssécher en surface. Toutefois dans les terrains infestés de limaces, on préfèrera planter normalement, en mettant le vert à l'air, ou tout juste à peine recouvert de terre.

Un plant dont la racine est visible, a des grandes chances de déssécher! Cela arrive au sortir de l'hiver, quand les pieds ont bien gelés. Ils sont soulevés par le gel, et le déchaussement doit être surveillé lorsqu'on a planté en automne, il faut remettre de la terre, quitte à recouvrir le plant d'une mince couche de terre. Les jeunes limaces se situent en général plus profond.  

La 1ère année, tant qu'il n'y a pas de montée en fleurs, je déconseille la coupe des feuilles, qui se fait usuellement au ras du sol avec un instrument à votre convenance, soit environ toutes les 4-6 semaines. Il vaut mieux ne jamais laisser monter en fleurs ou en graines, car cela ralentit la production suivante. Plus les feuilles sont jeunes, plus elles contiennent d'azote. Plus âgées, elles contiennent un peu plus de cellulose. Tout cela a déjà été expliqué sur une de mes pages. Pour la première coupe, on se contentera d'éliminer la hampe florale, en épargnant les feuilles basales. 

Au moins la première année, il convient de tenir la plantation propre. Ensuite, la consoude demande moins d'attention; les racines de plus en plus profondes rendent le plant plus résistant aux sécheresses passagères, mais cela affecte toujours la productivité ultérieure.

Une fois les plants bien établis, une sécheresse intensive sur vos plants lors d'une absence, durant les vacances, les plants vont arrêter leur croissance, et faiblir. Mais c'est rare que le plant meure. Cela dépendra de la profondeur de ses racines. De la qualité du terrain. En général une pluie ou un copieux arrosages et la plante repart. Evidemment, elle devra reconstituer ses forces.

Il est conseillé de ne pas trop éloigner les plants du lieu de leur usage. Le fait de laisser faner les feuilles avant le transport, rend celui-ci plus confortable. De rugueuses, les feuilles deviennent comme veloutées au toucher.      

Année 2016: année déroutante s'il en est a cause de variabilité d'apparence. Les pluies et d'autres facteurs font que des petites modifications qui n'échappent pas à mon oeil averti, qui ne retrouve pas exactement certaines caractéristiques bien gravées dans ma mémoire ou sur les photos. La modification du pH du sol joue surtout sur la saturation de la couleur des fleurs, mais parfois je vois aussi des différences dans la forme des feuilles, le port. Epuisement du sol? Cela m'a perturbé dans mes classifications, et je vois des choses qui m'avaient échappé autrefois, des nuances sans doute invisibles à celui qui voit juste des consoudes...

J'ai quasi arrêté le jardinage en raison de mes problèmes de santé, de mes absences et indisponibilités, et du besoin de classer mes consoudes. Donc mon jardin a ressemblé plus à un terrain vague... Des consoudes en fleurs partout, pas très ordonné, car ce sont parfois elles qui ont choisi leur pied à terre! de plus en plus nombreuses, encombrant les passages... Avec les hampes conservées longtemps, ce qui a occasionné une découverte inattendue, la seconde floraison (pas une remontée). Du coup, je n'ai plus rien coupé. Cela a bien sûr repoussé la remontée, mais je n'ai pas cherché une remontée précoce. Peut-être même ne sera-t-elle parfois plus possible. Attention à ne pas confondre les deux choses, malheureusement je n'ai pas encore trouvé de vocabulaire pour décrire le nouveau phénomène observé, la 2de floraison, à différencier de la deuxième vraie floraison, la remontée. 
 
Printemps frais et humide: cela induit une moindre grenaison, mais pour me contredire, Etholy qui n'a jamais fait de graine m'en fit une ou deux!
La pluie a solubilisé pas mal de calcaire actif, ce qui donne, pour certaines plantes sensibles, des chloroses invisibles, mais se traduisant par des décolorations, un changement dans l'intensité de la couleur de la fleur. Cela m'a contrarié, particulièrement cette année où je voulais classer et cataloguer mes consoudes.

La peur de l'invasion... Selon les variétés effectivement, on peut connaître ce fâcheux problème. En l'occurence chez moi, en raison de mon absence de quelques années. C'est un peu ennuyeux car il me reste peu d'endroits propres. Et s'en débarasser, c'est facile la première année, même parfois sans doute la seconde, mais après, ce sera galère. Les étouffer en les coiffant d'une boite de conserve, d'une plaque, une ou deux années. Le round up si décrié n'a pas d'efficacité radicale. Le sulfamate d'ammonium cher et dur à trouver, sauf 10 kg au moins dans une coopérative agricole, est peu utilisable à proximité d'arbres. Peut-être qu'on pourrait essayer d'injecter le poison avec une seringue?!!! Reste la houe. Faire un trou, extirper le maximum, en prenant garde de ne pas éparpiller les petits bouts de racine. Laisser le trou béant. Et dès que la verdure apparait, lui régler son compte. Il me semble qu'il m'avait fallu deux ou trois ans pour me débarasser de plants qui avaient juste 5 ans d'âge (au pif!) 

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Accidents
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Ceci n'est pas une maladie, simplement le soleil a été un peu trop costaud. B14 OG surtout y est sensible...

echaudage   juillet 2015
 
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Maladies

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Certaines variétés officinales blanches trouvées dans la nature, sont sujettes à la rouille. Ne pas regretter de les éliminer.

Seul l'oïdium peut présenter quelques inconvénients, sur les vieilles feuilles en général et pas aussi dramatique que sur la photo ci-dessous. C'est que la coupe n' a pas été faite. On conseille en général de placer un peu de soufre en poudre sur le coeur du plant. L'oïdium est un signe de souffrance de la plante. Notamment en cas de terrain un peu trop calcaire ou d'insuffisance lumineuse.  


  C'est de l'oïdium sur cette consoude manquant de lumière, sur remblai et autre gravats de plâtre, sous une mince couche de matières organiques.
 
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
Ravageurs
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
On a rarement les mêmes prédateurs deux fois de suite. C'est exceptionnel et ça se règle en général par une coupe!
Je pense particulièrement à des colonies de pucerons assez inhabituels. En général d'un noir assez repoussant. Cela m'est arrivé deux ou trois fois en trente ans...

L'incontournable et peu gênant problème des altises au printemps a peu de répercussions. L'une ou l'autre des photos montre cette croissance démesurée du trou minuscule à l'origine... 

Je ne pratique plus la plantation profonde en automne.parce que l'hiver, les oeufs de limace ayant éclos, les bébés sont attirés par ce garde-manger où c'est confortable de passer l'hiver en commençant à grignoter le coeur tendre des plants, et peut-être en 'stérilisant' le bout qui reste, incapable de bouturer à nouveau....
Mais je préfère encore planter profond en été ou au printemps.
Lors des hivers froids, je n'ai jamais constaté des dégapts de limaces, le sol étant dur comme béton. Il en est autrement lors des hivers sans gel tels que nous les avons connus ces dernières années dans notre région alsacienne. Calé sur mes anciennes pratiques dépassées, j'ai essuyé quelques pertes!
Bien que les limaces et escargots adultes adorent les pieds de consoude, c'est moins pour s'en régaler que pour l'humidité. On y fera donc chasse opulente! En fait, les pieds de consoude adultes ne subissent aucun dégât dû aux gastéropodes.

Un autre phénomène très discret les autres années, me semble-t-il, a été source de contrariété. Les fleurs restent petites quand elles ne sont pas simplement atrophiées. Je mets cela sur le compte d'un minuscule coléoptère dont je ne connais pas (encore) le nom. Voilà plus de 35 ans que je cultive des consoudes. Sans doute que cette bientôt monoculture a attiré ce parasite spécifique qui, je le précise, n'a aucune incidence sur les feuilles.

coléoptère parasite

dégats coléoptère

Toutes les consoudes supportent le plein soleil, mais en pays méditerranéen, il est préférable de lui réserver un endroit mi-ombragé.
(Le fait de planter dans un endroit trop ombré réduit la croissance et rend pâle la couleur des fleurs.)
Elles sont assez indifférentes au type de sol, mais un pH trop élevé les fait végéter et cela affecte le rendement. En même temps, elle devient aussi sensible à l'oïdium, selon la variété.
C'est une plante qui aime l'humidité et elle supporte sans dommage d'être inondée en hiver ou au printemps quelques temps!

dentelle   C'était pas le même miam-miam que d'habitude!


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°